La Magie est une des composantes récurrentes des romans d'héroic fantasy. Ce pouvoir extraordinaire ne répond à aucune loi physique. De la télékinésie à la boule de feu, en passant par la guérison miraculeuse, il n'y a pas de limites à ce que peut faire la magie. Elle ouvre une infinité de possibilités à l'auteur et à ses personnages. Et c'est aussi là son principal défaut.

En effet, il ne peut pas y avoir de bon roman d'héroic fantasy sans limitations aux pouvoirs magiques. Dans le cas contraire, vous allez créer des mages surpuissants, et imbattables. Il leur suffira créer un bouclier magique permanent autour d'eux pour ne jamais pouvoir être blessés, puis de balancer des boules de feu à gauche et à droite pour être le Maîtres de Monde. Plutôt limité, comme intrigue, pour un roman...

Pour être crédible, il faut que votre magie réponde à des règles, que vous devrez clairement définir, noter et suivre au cours de l'écriture. Et pour commencer il faut déterminer son origine. Vient-elle d'un don divin, de pouvoirs puisés dans la nature, de manipulations génétiques, peut-être ? Est-elle une généralité ou une exception ? Si vous déjà écrit l'histoire et les légendes de votre monde, vous devez à présent avoir une idée assez précise sur ce point. Ce sera le point de départ pour tout ce qui va suivre.

Maintenant que vous savez d'où vient la magie, reste à déterminer ce que vos personnages vont faire avec. Je vous conseille de faire une liste des actions possibles au travers de la magie : soins, boules de feux, résurrection, faire pleuvoir, se téléporter, endormir, améliorer des caractéristiques physiques... Classez les en famille en fonction de la difficulté que vous souhaitez donner aux sorts. Ensuite, pour chaque famille, fixez la contre partie. Toute action suppose une réaction. Dans la série Lance Dragon, par exemple, lancer un sort épuise le Mage. Et puis le sort est puissant, plus le mage est épuisé. Cela vous permettra de donner une faiblesse en échange de la force offerte par la magie. Dans La Roue du Temps, les Aes Sedai sont tiraillés entre le besoin d'attirer de plus en plus de pouvoir en eux et le risque de se brûler l'esprit en lançant des sorts trop puissants.

Introduisez aussi une notion d'apprentissage. Donnez au lecteur le plaisir de voir les personnages devenir plus forts. Faites les monter en puissance progressivement. Et restez proportionnés. Ne laissez pas votre apprenti mage tuer un rat en utilisant une pluie de météores enflammés. D'accord c'est peut-être l'Elu que le monde entier attendait, mais ce n'est pas une raison pour tomber dans le ridicule.

Enfin, donnez corps à la magie. Expliquez ce que vos personnages devront faire pour lancer un sort. Auront-ils à rassembler des ingrédients ? Devront-ils prononcer des mots ou des formules spécifiques ? Auront-ils à faire des gestes précis, à tracer des runes ? Tout ces détails permettront de donner plus de corps à la Magie, la rendront plus crédible.

Si vous cherchez l'inspiration pour poser les bases de la magie qui sera développé dans votre roman , vous pouvez vous rendre sur cette page de Wikipedia, qui décrit les différents visages qu'a pu prendre la magie au cours de notre histoire : http://fr.wikipedia.org/wiki/Magie_(surnaturel)