Ecrire un roman d'heroic fantasy

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, mai 22 2013

12 conseils simples pour écrire votre roman de fantasy !

1. Évaluez votre envie d'écrire

Aimez-vous écrire ? Êtes-vous prêt à vous investir dans l'écriture, à y consacrer beaucoup de temps et à ne pas abandonner en cours de route ? Si vous aimez l'écriture, mais si vous avez des difficultés à vous astreindre à des horaires fixes, mettez au point un système de récompense : au bout de 3 heures, promettez-vous 30 minutes de relaxation devant votre jeu vidéo préféré, par exemple. Ne passez pas tout votre temps à écrire, un écrivain a besoin de s'oxygéner la tête, ou il finit par tourner en rond.
 
Préparez-vous un coin spécifique, à l'écart, où vous pourrez écrire en toute tranquillité. Si vous avez un bureau, c'est parfait, sinon vous devrez aménager un coin de votre maison ou de votre appartement.

Si vous comptez faire de l'écriture votre occupation principale, vous pouvez vous préparer à écrire 8 heures par jour, voir plus. Un rêve que caressent beaucoup d'écrivains, mais il y a malheureusement peu d'élus.

2. Commencez à écrire vos idées sur le papier


En général, les idées clés tournent autour d'un élément majeur, une guerre, un cataclysme, le décès d'une personne importante.  Commencez par vous poser des questions simples comme, "Pourquoi ?", «Qui a fait ça ?", "Quand ?", "Comment?". Passez ensuite aux questions plus détaillées comme : «Comment cet évènement a-t-il changé le monde?", "Comment a-t-il affecté les gens autour de lui ?", etc...Vous en tirerez l'intrigue principale, où vous vous concentrerez sur les événements de votre histoire, mais aussi d'autres événements secondaires, qui feront le corps du livre.

3. Commencez à créer votre personnage principal.
Bon, maintenant vous avez vos grands événements, il est temps de créer votre personnage. Une fille ou un garçon ? Quel est don rôle dans l'histoire ? Définissez les principaux traits de personnalité, sans trop entrer dans les détails. Écrivez-les sur un papier. Voulez-vous faire un personnage très réaliste? Oui, je sais que c'est ce que vous voulez. Gardez ça pour plus tard.

4. Décidez du lieu de vie de vos personnages.


Les humains peuvent vivre sur Terre,  mais ils peuvent aussi être à l'intérieur de la planète, sur un autre monde, ou dans un monde parallèle. Définissez votre monde, écrivez tous ce qui vous passe par la tête, sans trop entrer dans les détails.

5 Ecrivez la trame du roman


Maintenant que les points principaux de votre roman s'éclaircissent dans votre esprit, écrivez tout ça en détail sur des fiches. Détaillez la chronologie des évènements, et placez-y votre personnage. Essayez de comprendre les liens entre le monde, les évènements historique, et votre personnage principal et corrigez ce qui ne correspond pas. Écrivez la trame de l'histoire.

6. Tracez l'intrigue


Prenez une feuille et écrivez de haut en bas les étapes de l'intrigue principale de votre roman. Liez-y les intrigues secondaires par des flèches et tâchez de les ordonner. C'est le moment de faire apparaître les personnages secondaires qui vont jouer un rôle dans l'histoire. Placez-les sur votre synoptique, puis décrivez-les, et étoffez-les. Ils ne doivent pas être uniquement des faire valoir de votre personnage principale.
Vérifier que la trame tient la route, qu'elle est crédible et compréhensible. Ajouter à cette trame les modifications causées à votre personnage (blessures physique, sagesse supplémentaire, nouveaux compagnons...). Nous évoluons tous avec le temps, votre héros évoluera aussi.

7. Construisez le monde


Prenez un morceau de papier et un crayon. Il est temps de construire un monde de fantaisie. Si vous écrivez sur un monde qui, en fait, est une réplique de la Terre, imprimez une carte complète et  modifiez-la avec un crayon pour la rendre plus exotique. Si vous couplez cette activité avec quelques recherches en histoires, vous pourrez adapter votre histoire à l'histoire de notre propre planète. Si vous avez l'intention de construire un monde à partir de zéro, commencer à dessiner des lignes simples. Vous pouvez faire des mers, des océans, des lacs et des montagnes. Tracer les lignes des terres et des empires du royaume. Mettez des post-its et autres notes sur votre carte pour localiser certains événements. Rappelez-vous : votre carte n'a pas besoin d'être bien faite. Soyez libre d'utiliser les matériaux que vous aimez, et amusez-vous!

8. Créez la chronologie de votre histoire

Hiérarchisez les évènements qui se déroulent dans votre histoire, mais aussi les évènements historiques précédents qui vont donner le contexte de l'aventure. Ne pensez pas que c'est une perte de temps parce que ces évènements historiques n'apparaitront pas tous dans votre roman. Ça vous permettra de donner une cohérence globale à votre histoire, et le lecteur le ressentira en lisant votre texte. L'écrivain doit savoir ce que le lecteur ne sait pas

9. Etoffez le héros

Écrivez tout ce qui concerne la vie de votre personnage. Allez en profondeur, faites des liens clair entre ce qui lui est arrivé depuis sa naissance et ce qu'il est aujourd'hui. Décrivez son caractère, son apparence, ses peurs, ses talents.  Est-ce qu'il a des tics physiques ou de langage ? Imaginez que vous avez votre personnage en face de vous, qu'est ce qui va vous frapper ? Qu'est ce qui fait sa particularité ? N'hésitez pas à faire de même avec vos personnages secondaires, même si vous rentrez moins dans le détail.

10. Décrivez votre monde


Après avoir terminé la chronologie de votre monde, commencez à écrire sa description. Quel genre de vêtements portent les gens ? Sont-ils superstitieux ? Sont-ils satisfaits de leur roi / empereur ? Y at-il une sorte d'académie où les soldats / magiciens sont formés? Quelles sont les règles de votre royaume ? Est-il interdit de tuer / utiliser la magie ? Les femmes peuvent-elles combattre dans la aussi, ou est-ce seulement pour les hommes? Y at-il des créatures fantastiques qui errent dans les plaines de votre monde ? Les gens croient-ils en des dieux ? Et qui sont leurs dieux ? Il est temps de tout planifier. Ce sera probablement l'étape la plus importante dans votre histoire. La base sera ici. Tout ce que vous allez arriver à besoins d'être ici. Ne vous inquiétez pas si vous prenez trop longtemps écrit tout cela. Une bonne histoire doit avoir une base solide.

11. Fixez les bases techniques


Commencez à faire les chapitres de votre histoire. Quelle sera la longueur de vos chapitres et de votre livre ? Allez-vous écrire à la troisième ou première personne ? Voulez-vous décrire vos personnages et l'environnement pour rendre l'histoire plus personnelle pour le lecteur, ou voulez-vous vous concentrez sur l'esprit épique du récit ?  Faites une copie de votre carte du monde et servez-vous en pour tracer les déplacements de vos personnages.

12. Faites relire votre manuscrit

Imprimez votre chef d’œuvre et faites-le lire à d'autres personnes. Commencez par vos proches, mais attention nos proches ont souvent tendance à embellir leur jugement. Plusieurs forums sont dédiés à la lecture d'extraits et/ou de manuscrits complets.  Ca vous donnera un jugement plus neutre. Si votre récit est encensé, vous pourrez envisager la publication

lundi, mai 7 2012

Guides pour vous aider à écrire un roman (en français)

Vous voulez écrire un roman, des nouvelles? Vous ne savez pas comment vous y prendre ?
Voilà le guide qu’il vous faut ! Dans cet ouvrage, le célèbre écrivain Orson Scott Card partage son savoir et son expérience dans ces genres. Vous apprendrez, entre autres: ce que sont (et ne sont pas) la SF et la fantasy, selon quels critères, et si votre récit y appartient; comment construire, peupler et dramatiser un univers crédible et attirant que vos lecteurs auront envie d’explorer; comment utiliser les quatre grands types d’histoire (milieu, idée, personnage et événement) pour structurer un récit à succès…
Les connaissances et les compétences que vous obtiendrez grâce à cet ouvrage vous aideront à guider efficacement le lecteur dans votre imaginaire. Autant de clés utiles aussi bien au romancier qu’au scénariste, à l’auteur de SF qu’à tous les autres genres.

Offrez-vous ce livre !

-------------------------------------------------------

Les personnages vivants et mémorables ne naissent pas, ils doivent être créés.
Ce livre est une boîte à outils : leviers littéraires, burins, maillets, tenailles et pinces. Servez-vous-en pour extirper, dégager, arracher de bons personnages de votre mémoire, votre imagination et votre âme.
Orson Scott Card explique en détail les techniques de création, de développement et de présentation des personnages, ainsi que l’utilisation des points de vue dans les romans et nouvelles. Avec des exemples précis, il passe en revue les choix narratifs – ceux qui vous permettront de créer des personnages de fiction si « réels » que les lecteurs auront l’impression de les connaître aussi bien que des membres de leur propre famille.

Offrez-vous ce livre !

-------------------------------------------------------

Quand Stephen King se décide à écrire sur son métier et sur sa vie, un brutal accident de la route met en péril l'un et l'autre. Durant sa convalescence, le romancier découvre les liens toujours plus forts entre l'écriture et la vie. Résultat : ce livre hors norme et génial, tout à la fois essai sur la création littéraire et récit autobiographique. Mais plus encore révélation de cette alchimie qu'est l'inspiration.

Une fois encore Stephen King montre qu'il est bien plus qu'un maître du thriller : un immense écrivain.

Offrez-vous ce livre !

-------------------------------------------------------

«Si vous n'avez pas lu Terry Brooks, vous n'avez jamais lu de Fantasy.» Christopher Paolini, l'auteur de Eragon.

«Un livre chaleureux et pertinent, mi-autobiographie, mi-manuel d'écriture. Les fans de Fantasy, les apprentis écrivains et même les professionnels en apprendront beaucoup.» Robert Silverberg.

De l'importance de laisser toute sa place au rêve en passant par la création de personnages crédibles auxquels s'attache le lecteur, Terry Brooks fait appel à sa propre expérience pour nous expliquer les mécanismes d'un roman réussi. Au-delà de ces conseils pertinents, ce grand auteur brosse également un autoportrait d'artiste lucide et plein d'humour, qui a dû lui aussi composer avec les difficultés avant de connaître une réussite internationale. 

Offrez-vous ce livre !

-------------------------------------------------------

Au gré de cet ouvrage original et savoureux, Faly Stachak nous fait partager sa passion des mots et invite chacun, débutants, confirmés ou professionnels à l'un des plus beaux voyages : celui du plaisir trouvé ou retrouvé d'écrire.

Plus de 350 propositions d'écriture créative, la plupart inédites, vous aident à jeter l'encre et à prendre confiance. Étonnantes et insolites, elles ne sont pas figées et seront autant de pistes à explorer, à vivre et à renouveler selon la créativité et la plume de chacun.

Vous aussi partez à la rencontre de votre imaginaire,apprivoisez les mots qui vous habitent, améliorez vos écrits, affirmez votre style, structurez votre pensée et découvrez l'écrivain que vous n'osiez devenir !

Offrez-vous ce livre !

-------------------------------------------------------

Réalisez un de vos rêves de toujours. Écrivez votre histoire et faites-vous publier.

"Tout pour réussir à faire publier son premier livre" est un recueil de témoignages, d’anecdotes et de conseils d’auteurs publiés. Comment ils ont eu l’idée et la détermination de se faire publier - Comment choisir un thème - Comment, quand et où écrire son histoire - Comment présenter son manuscrit - Comment négocier avec un éditeur - Comment se faire connaître comme auteur - Des exercices pour passer à l’action, maintenant !

Yannick Therrien est entrepreneur, conférencier et professeur à l’Université St-Paul d’Ottawa. Il est concepteur de la série "Tout pour réussir".

Offrez-vous ce livre !

mardi, décembre 16 2008

Interview de Sofee L. Grey, auteur de Prophets, publié chez Netscripteurs Editions

Sofee L. Grey est l'auteur de Prophets, Les Enfants de la Cité maudite. Âgée de 20 ans, elle est la première à être publiée par Les Netscripteurs Editions. Cette interview est particulièrement intéressante puisqu'en plus de mettre en avant le roman Prophets, elle nous permet de découvrir une maison d'édition qui souhaite donner leur chance aux jeunes auteurs encore inconnus. Vous trouverez ci-dessous l'échange que j'ai eu avec elle, et des conseils intéressants  pour les jeunes écrivains.

----------------------------------------

Imagineria : Bonjour, toutes mes félicitations pour cette première publication. Pouvez-vous nous présenter votre roman en quelques lignes ?
Sofee L. Grey : Merci de votre accueil ! Ce roman est en effet la concrétisation d’un grand rêve, et je suis heureuse que vous y portiez un tel intérêt !
Prophets vous entraînera au cœur d’un monde livré à lui-même ; les Dieux et Démons qui le régissaient sont morts, depuis qu’une destinée parmi des milliards d’autres leur a échappé… Causant ainsi le plus grand bouleversement jamais connu sur Wenisland – l’île Errante – et sa jumelle Sisleya. En cet univers de traditions et de révolutions, en ce monde de conflits et d’anarchisme, vont se lever des idéaux radicalement opposés, prêts à tout pour accomplir leurs fins, prêts à tout pour entériner à jamais ou sortir définitivement de cet âge libéré des Dieux…
Suivez-moi dans les confins de l’île Errante, et attachez-vous aux pas de Shoei pour retrouver la trace de ceux que l’on nomme les enfants-prophètes. Entrez dans Berccia, ancienne cité reine devenue nécropole, où ceux que l’on nomme enfants-prophètes se font une joie cynique de survivre à un labyrinthe infernal et vicié, où ceux que l’on nomme enfants-prophètes sont six, six lames aux éclats écarlates et aux caractères bien trempés…

Imagineria : Beaucoup de jeunes auteurs rêvent d'être à votre place et seraient heureux d'avoir quelques conseils qui leur permettraient d'achever leur roman et d'accrocher un éditeur. En auriez-vous quelques-uns à leur donner ? Par exemple, par où commencer, les pièges à éviter, comment construire un monde, créer de bons personnages, comment trouver le temps d'écrire...
Sofee L. Grey : Avant tout, ne jamais renoncer, ne jamais partir vainqueur non plus.
Écrire, c’est d’abord livrer une part inestimable de soi-même, tant dans un long processus de pure création que dans une histoire qui finit toujours par devenir notre « bébé ». C’est s’exposer aux yeux des autres, prendre le risque de se voir « casser » par ce regard – qui par ailleurs n’aura sans doute absolument pas conscience de tout ce que je viens d’énoncer.
Au-delà, c’est un exercice qui demande une certaine rigueur. Dans le processus d’édition, il ne s’agit plus simplement d’écrire pour le plaisir, mais d’écrire pour offrir un récit cohérent, avec du rythme, une intrigue qui suive un ou plusieurs objectifs plus ou moins explicites.
Il ne faut pas en dire trop, et parfois cela devient un vrai casse-tête de savoir où commencer les révélations, et où leur passage sous silence empêche la bonne compréhension du texte. Tout est question de dosage entre les non-dits et les mises au clair – j’ai pas mal souffert de ce point de vue !
La question des personnages est un peu différente selon moi. Je pense qu’il ne faut pas se cantonner à ce qu’on a l’habitude de lire. Le héros solitaire top model et l’orpheline aux grands yeux peuvent encore fonctionner dans un certain registre… mais je pense que les lecteurs attendent autre chose de ceux qui vont les emmener sur les routes de leur aventure. Pour ma part, je suis très fan des tribus, des groupes où les personnages ne trouvent leur caractère qu’au travers des autres, qu’à leur côté. Ça leur donne un petit plus à mon goût, un petit côté humain. Mais, au fond, les personnages sont à mon avis la facette la plus attirante de la création… C’est un peu se demander un jour : et si j’étais omnipotente, omnisciente, si je pouvais modeler une vie, quelle serait-elle ?

Imagineria : Merci pour ces précieux conseils ! Parlons de la maison d'édition qui vous a fait confiance. Je souhaitais savoir comment vous avez découvert Les Netscripteurs Éditions et ce qui vous a poussée à travailler avec eux.
Sofee L. Grey : Le hasard, voilà ce qui m’a mis sur la route des Netscripteurs ! Et accessoirement un questionnaire, une étude sur les goûts littéraires et artistiques des jeunes. Je l’ai rempli en expliquant que j’écrivais des manuscrits, et de là tout c’est enchaîné assez naturellement !

Imagineria : Pourriez-vous nous détailler la façon de travailler des Netscripteurs Éditions avec un jeune auteur comme vous ?
Sofee L. Grey : Sur le long terme, d’abord, dans un échange le plus régulier et constant possible. Les allers-retours devaient suivre une logique de perfectionnement qui n’a pas toujours été très simple à assumer, entre les impératifs étudiants et la motivation… qui n’est pas forcément au rendez-vous, contrairement à ce que je croyais au départ. Le premier jet a servi de base aux premières observations et suggestions de la part d’Isabelle, qui a longuement pris le temps de bien m’expliquer sa démarche, de partager avec moi de vive voix ses impressions, ses attentes, mais aussi les miennes. Puis nous avons enchaîné de cette manière en navettes éditrice-auteur, en gardant toujours comme objectif d’améliorer le texte mais surtout de rester en phase entre nous sur tout le projet. Ça a été long mais très enrichissant, tant au point de vue humain que technique ; je ne me suis jamais sentie « larguée » au milieu de notre collaboration, je n’ai jamais eu l’impression de perdre le fil ou le contrôle de mon livre. Tout était dans la communication et le respect mutuel. Et la bonne humeur !
 
Imagineria : Avez-vous dû apporter beaucoup de corrections à votre manuscrit ?
Sofee L. Grey : Pas mal oui !! J’ai une pensée pour Isabelle à cette question ; le travail sur le livre a été long, et ça n’a pas été toujours facile, à la fois pour elle de me guider sans me froisser ou casser mon histoire, et pour moi de satisfaire à ses attentes, qui étaient très précises. Il y a eu, en tout, étalées sur deux ans, trois corrections successives ; elles ont porté en réalité sur la totalité de mon manuscrit, dont seuls les trois premiers chapitres ont formé le premier tome de Prophets. Autant dire que ça a été un très long processus !

Imagineria : Avez-vous été bien accompagnée dans la démarche de publication ?
Sofee L. Grey : Comme pour toutes les étapes de la « fabrication » de mon livre, oui. Isabelle a toujours été très ouverte à toutes mes questions, et a pris beaucoup de son temps pour m’expliquer chacune des démarches qui jalonnaient notre collaboration. Elle n’y était pas obligée, mais a tenu à chaque fois à me tenir informée des différents stades, du travail des différents intervenants… De la correction du premier jet, à l’imprimeur, ou l’illustration, j’ai eu la chance de me faire expliciter tout ce qu’un auteur inquiet de l’avenir de son bébé est soucieux de connaître ! Sans vouloir faire preuve de complaisance, je ne pense pas qu’une telle communication existe dans la plupart des maisons d’édition qui se partagent le marché du livre…

Imagineria : Au final, maintenant que le roman est publié, êtes-vous satisfaite du résultat ?
Sofee L. Grey : Oui, mille fois oui !!! C’est un rêve de gamine, être écrivain, échapper à la réalité dans laquelle je ne me sentais pas forcément à l’aise pour créer en artiste libérée de ses entraves un monde de chimères. Et tenir ce livre entre mes mains, ça a été très étrange. Même si, travaillant dessus depuis des années, l’effet de surprise était plutôt pour ma famille et mes amis ! Moi j’ai eu le privilège de rencontrer Isabelle, sa famille, et puis des artistes, des libraires, autour juste d’un tout petit fantasme d’enfant. Alors « satisfaite » n’est peut-être pas le mot ; « comblée » ou « heureuse », dans sa plus pure essence, ça, oui !


Imagineria : A votre avis, votre éditeur a-t-il les moyens de faire la promotion de votre roman  ?
Sofee L. Grey : A mon avis, Isabelle a trop donné d’elle-même dans ce projet – son projet, son rêve aussi – pour ne pas assurer sur la promotion. Nous avons pas mal ri toutes les deux en nous rendant compte que nous n’avions rien de « commerciales », et que c’était justement là où le plus dur semblait être derrière nous que nous nous retrouvions coincées face à un libraire (que nous connaissons toutes les deux en plus !). Isabelle s’est beaucoup battue pour les Netscripteurs, elle a travaillé à côté sur nombre de projets pour assurer ses arrières financiers ; et en fait, je pense qu’au fond c’est le seul aspect qui pourrait lui faire défaut. C’est pour ça, après tant d’investissement personnel, humain et financier, que nous comptons sur le public de lecteurs, sur ceux qui en ont assez de voir les grands manger impunément les petits sans la moindre concession, sans le moindre égard pour leur boulot et leurs efforts, que nous comptons sur ceux qui croient que l’art et la créativité ne sont pas question de renommée ou de gros sous. En bref, besoin de vous pour survivre dans la piscine aux requins !

Imagineria : Conseillez-vous aux jeunes auteurs qui fréquentent ce blog d'envoyer leur manuscrit aux Netscripteurs Editions ?
Sofee L. Grey  : Oui, sans hésitation aucune. Isabelle fera sa promo mieux que moi, mais si vous avez lu mon blabla jusque-là, alors pas besoin d’un dessin : les Netscripteurs vous liront. C’est leur point fort et leur point faible tout à la fois ; ne jamais s’arrêter aux difficultés, aux a priori, quitte à y passer un temps phénoménal. Isa lira vos manuscrits, pas tout de suite, mais avec sérieux, et surtout elle vous répondra, dans plus de temps encore, mais avec respect pour votre livre et votre personne. Elle vous dira ce qu’elle et son petit comité de lecture en ont pensé, ce qu’ils vous suggèrent de revoir ou d’approfondir, ce qu’ils ont aimé. Peut-être avec suite, peut-être sous condition d’un vrai travail d’écriture sur le manuscrit, peut-être sans plus… Mais je ne suis plus là dans mon domaine !

Imagineria : Et pour finir, tournons-nous vers l'avenir. J'ai vu sur le site des Netscripteurs que le tome II était déjà écrit, savez-vous quand est-ce qu'il sera disponible à la vente ?
Sofee L. Grey  : C’est amusant que vous posiez la question, je me pose la même ! Honnêtement, je souhaite le voir publié l’année prochaine, peut-être à l’automne lui aussi. Il faut cependant là aussi se soumettre aux aléas extérieurs à ma propre volonté : le premier livre devra d’abord trouver son lectorat, et surtout sa légitimité dans les librairies avant de se pencher sur cette question. Je tiens pourtant à affirmer à ceux qui ont lu ou vont lire Prophets que je travaille d’ores et déjà sur cette suite – eh oui, même si elle est écrite depuis des années et a fait l’objet de deux corrections, il reste encore et toujours à faire ! Mais c’est là tout le plaisir…
 
Imagineria :  Merci pour toutes ces réponses.

----------------------------------------

Pour aller plus loin :
      * Un extrait en lecture libre du roman de Sofee L. Grey : Prophets
      * Le Making-of qui explique en détails les relations entre l'auteur et l'éditrice
      * Prophets, les enfants de la Cité maudite, peut être acheté ici.
      * Le site internet  et le blog des Netscripteurs Éditions





jeudi, décembre 11 2008

Interview de Frédéric Czilinder, auteur de Nouveau Venu dans le Quartier, publié chez Edilivre

Frédéric Czilinder est le deuxième auteur à avoir accepté de participer à cette série d'interview. Auteur de Nouveau Venu dans le Quartier , il a choisi de travailler avec Edilivre. Vous trouverez ci dessous les conseils qu'il peut donner aux jeunes écrivains, mais aussi une explication claire de son travail avec Edilivre, précisant les avantages et les inconvénients de travailler avec cette maison.

-----------------------------------------

Imagineria : Bonjour, Pouvez-vous nous présenter votre roman en quelques lignes ?
Frédéric Czilinder : Nouveau Venu dans le Quartier raconte l'histoire d'un adolescent dont le nouveau voisin aiguise la curiosité. Un type bizarre, antipathique, asocial. Les vacances scolaires aidant, notre jeune protagoniste se met à épier ce nouveau voisin et entraîne un de ses copains dans l'aventure. Mais ce qu'ils vont découvrir tous les deux dépasse de très loin ce qu'ils ont pu imaginer dans leur pires cauchemars...

Imagineria : Beaucoup de jeunes auteurs rêvent d'être à votre place et seraient heureux d'avoir quelques conseils qui leur permettraient d'achever leur roman et d'accrocher un éditeur. En auriez vous quelques-uns à leur donner ? Par exemple, combien de temps avez vous mis pour écrire votre manuscrit. Et combien pour le corriger ?
Frédéric Czilinder : Le cas de cette histoire est assez particulier puisque je l'ai écrite en à peine plus d'un mois, à l'occasion d'un arrêt de travail qui m'avait immobilisé à mon domicile pour cette même durée. Je l'ai ensuite dactylographiée en deux ou trois semaines (en fonction de mon emploi du temps), ce qui m'a permis de faire un premier travail de correction. Je l'ai ensuite rangée dans un tiroir, histoire de la laisser "mûrir". Je ne l'ai reprise que deux ou trois ans plus tard et je l'ai relue avec un regard "froid", un peu comme si je ne la connaissais pas et j'ai apporté de nouvelles corrections à cette occasion avant de l'envoyer à des éditeurs.

Imagineria : Avez-vous construit un plan avant de vous lancer dans l'écriture du roman ?
Frédéric Czilinder : Oui, s'agissant d'une histoire que j'ai écrite d'un seul jet, j'ai d'abord passé quelques jours à écrire un plan détaillé de quelques pages intégrant parfois des répliques de dialogues et des expressions, des tournures de phrases, des champs lexicaux que je souhaitais utiliser et qui me venaient au fur et à mesure.
Je souligne ici l'importance de rédiger un plan, même s'il ne s'agit que d'un synopsis pour toujours garder le cap de son histoire.

Imagineria : Avez vous fait des fiches de personnages ?
Frédéric Czilinder : Non, je fais juste quelques annotations dans le plan.

Imagineria : Combien de temps consacrez-vous à l'écriture par jour ou par semaine ?
Frédéric Czilinder : Ce n'est pas régulier car comme il presque impossible de vivre de sa plume, il faut d'abord travailler pour gagner sa croute. Étant commercial, j'ai toujours eu de grosses journées de travail, et puis avec la vie de couple, puis la vie de famille quand on a des enfants, c'est encore autant de temps qu'il n'est pas aisé de consacrer à l'écriture. Je suis donc passé par de longues phases sans écrire. Aujourd'hui, je ne me fixe pas d'objectifs particuliers. L'idéal étant d'essayer d'écrire un petit peu tous les jours. Quand j'écris une heure par jour, je suis déjà content, sachant qu'en moyenne une heure d'écriture = une page noircie.

Imagineria : L'inspiration vous vient-elle facilement ? Avez vous des techniques pour éviter le syndrome de la page blanche ?
Frédéric Czilinder : Le plan est important, parce qu'il permet de reprendre le fil de l'écriture là où on l'avait interrompu. Il me paraît évident que prendre une feuille et un stylo sans savoir où on veut aller est une perte de temps. J'ai aussi des petites "manies", à savoir que j'écoute de la musique, en règle générale, toujours le même album en boucle durant toute la rédaction de l'histoire cela m'aide à m'immerger plus facilement dans la même ambiance ; j'essaie également d'utiliser le même mode de rédaction (le même stylo, le même type de papier...). Pour me remettre dans le bain, je réécris aussi le dernier paragraphe que j'avais rédigé et je poursuis l'écriture.

Imagineria : Merci pour ces précieux conseils ! Vous avez créé un blog pour faire la promotion de votre livre. Est-ce que ça vous aide à faire mieux connaître votre livre ? Cela vous a-t-il permis de toucher un public plus important ?
Frédéric Czilinder : J'ai créé le blog pour faire écho à mes différentes apparitions sur des forums, histoire de faire partager les évolutions et les différentes étapes de cette aventure depuis que j'ai appris la publication du roman. Il s'inscrit effectivement dans le cadre d'une stratégie de communication sur la Toile, mais l'impact est négligeable.

Imagineria : Parlons de la maison d'édition que vous avez choisie . Je souhaitais savoir comment vous avez découvert Edilivre et ce qui vous a poussée à travailler avec eux.
Frédéric Czilinder : J'ai découvert Edilivre en lançant une énième recherche sur le WEB avec des mots clés bateaux comme "éditer un roman". Je n'avais jamais entendu parler d'eux, mais j'ai trouvé leur site convivial et engageant. Ce qui m'a poussé à travailler avec eux, c'est l'alternative qu'ils représentent, entre l'éditeur traditionnel et l'édition à compte d'auteur.

Imagineria : Pouvez vous nous détailler, de votre point de vue, les différences entre un éditeur à compte d'éditeur classique et Edilivre ? Qu'apporte la publiation avec Edilivre de plus qu'une publication sur un site comme lulu.com, par exemple ?
Frédéric Czilinder : L'éditeur classique est dur à toucher et à convaincre. La plupart des éditeurs traditionnels misent rarement sur des auteurs inconnus et ne se mouillent pas trop. Vous avez une chance sur mille ou dix-mille d'être repéré. Edilivre travaillant sur le principe de l'impression à la commande (pas de tirage minimum), ils peuvent se permettre d'avoir une politique éditoriale beaucoup plus souple que des éditeurs traditionnels. Même si le terme est décrié, Edilivre est davantage une maison d'édition que lulu.com. Lulu.com, c'est de l'auto-édition.

Imagineria : Sur différents blogs et forums, on peut lire des avis plutôt négatifs sur Edilivre. Ils feraient payer les corrections, l'illustration de la couverture... Certains crient même à l'arnaque pure et simple. Qu'en est-il réellement ?
Frédéric Czilinder : Edilivre jouit en effet d'une mauvaise réputation induite au départ par un autre intervenant du marché (Manuscrit.com). Pour beaucoup, ce n'est pas être édité que de passer par ce type de société. Il semblerait que l'on n'est pas un auteur si on n'est pas publié par un éditeur traditionnel. En matière de coût, il faut relativiser les choses et bien les expliquer.
D'abord, Edilivre n'a rien à voir avec un éditeur à compte d'auteur qui facture des milliers d'euros pour la publication d'un ouvrage (le prix moyen tourne aux alentours de 3500 €).
Edilivre est scindé en deux collections.
La collection "coup de coeur", anciennement Editeur Indépendant qui a été absorbée par Edilivre il y a quelques mois. Il s'agit de la collection qui sert de vitrine à la société et pour laquelle la sélection du comité de lecture est plus pointue. Si votre roman est retenu dans cette collection, ils s'occupent de tout. Vous avez un contrat d'édition et ils conçoivent la couverture, font les corrections, etc... Cette collection publie 5 à 6 titres par mois.
La collection "classique". Là, on ne parle pas de contrat d'édition, mais de contrat de publication. Ils font la mise en page, le dépôt légal à la BNF pour l'attribution d'un n° ISBN et référencent votre ouvrage sur la plupart des librairies en ligne. L'auteur conserve ses droits. De ce fait, Edilivre demande une participation à l'auteur pour la conception de la couverture et pour la correction.
Là où le système atteint ses limites, c'est la communication, puisque dans les deux cas, elle revient essentiellement à l'auteur.
Au final, je pense qu'il n'y a pas forcément lieu de jubiler lorsqu'on est publié par ce type de société, mais que c'est néanmoins un début... et il faut bien commencer quelque part.

Imagineria : Pourriez-vous nous détailler la façon de travailler d'Edilivre avec un auteur comme vous ? Comment se fait la prise de contact, quel type de contrat ils font signer....
Frédéric Czilinder : La prise de contact s'est faite via internet, par mail. J'ai envoyé mon manuscrit en pièce jointe et j'ai ensuite reçu la réponse après plusieurs semaines. J'ai eu quelques échanges téléphoniques avec la responsable éditoriale pour obtenir des réponses à certaines questions que je me posais.
On reçoit par la suite (ça prend du temps) un BAT pour le corps de texte et la couverture et l'on prend le temps de corriger. Il y a autant d'échange de BAT avec l'auteur que nécessaire.
Aujourd'hui, j'ai éprouvé leur deux collections et j'ai donc deux types de contrats avec eux.
Un contrat d'édition en collection "coup de coeur" pour mon premier roman Nouveau Venu dans le Quartier .
Un contrat de publication pour un second roman à paraître en collection classique.
Dans le 1er cas, j'ai cédé les droits, pas dans le second. En terme de rémunération de l'auteur, on tourne en moyenne à 10 %  du prix de vente HT par exemplaire vendu.

Imagineria : Au final, maintenant que le roman est publié, êtes-vous satisfait du résultat ?
Frédéric Czilinder : Mis à part du point de vue de la communication, je suis satisfait d'avoir été publié chez eux. Maintenant, il faut relativiser cette absence de communication car pour rivaliser avec de grandes maisons d'éditions traditionnelles, il faudrait aligner des millions sur la table... Le produit fini, le livre à proprement parler, est satisfaisant.

Imagineria : Votre livre est en vente sur le site d'Edilivre, mais est-il aussi en librairie ? Sur des sites internets comme la fnac ou amazone ?
Frédéric Czilinder : Le livre est vente sur le site d'Edilivre, mais aussi sur le site des grandes librairies en ligne ( fnac , amazon, alapage, chapitre...). Pour la présence "physique" en librairie, j'ai misé sur du local en contactant directement le libraire de ma commune.

Imagineria : Quel type de promotion a été mis en place par Edilivre pour booster les ventes de votre roman ? Publicités, salons, scéances de dédicaces....
Frédéric Czilinder : Comme je l'ai mentionné plus haut, il n'y a pas vraiment de communication en dehors de celle que génère l'auteur lui-même. On m'a bien parlé de communiqué de presse adressés à des journaux locaux, je dois avouer que je n'y crois guère. J'ai donc pris mon bâton de pèlerin et j'ai démarché : le libraire, bien sûr, mais aussi le service communication de la mairie de ma commune à qui je dois un bel article dans le journal local ce mois-ci, et par rebond, des journalistes de journaux locaux.

Imagineria : Et à ce propos, combien d'exemplaire ont été vendus jusqu'à maintenant ?
Frédéric Czilinder : Je n'ai pas encore de chiffres, mais s'agissant d'un coup d'essai, je ne pense pas qu'il s'en soit déjà beaucoup vendus. Je mise plus sur la longévité.

Imagineria : Conseillez-vous aux jeunes auteurs qui fréquentent ce blog d'envoyer leur manuscrit à Edilivre ?
Frédéric Czilinder : Chacun voit midi à sa porte. Mon avis personnel sur Edilivre est dans l'ensemble très positif, maintenant, encore une fois, il faut bien garder les pieds sur terre. Edilivre permet une première expérience de la publication pour la plupart d'entre nous qui ne connaîtrons jamais la joie d'être retenus par un "grand" éditeur traditionnel. Que cela n'empêche pas de poursuivre ses démarches en vue d'une publication plus prestigieuse.

Imagineria : Et pour finir, tournons-nous vers l'avenir. J'ai vu sur votre blog que vous étiez en train de travailler sur un second roman. Pouvez vous nous en dévoiler le thème en quelques lignes ? Choisirez-vous aussi Edilivre pour le publier ?
Frédéric Czilinder : Le projet est à ce jour bien avancé puisque j'attends le retour d'un second BAT après la correction du premier qu'Edilivre m'a fait parvenir. La publication de cet ouvrage intitulé L'héritage des ténèbres est donc imminente.
En voici le résumé de la 4ème de couverture :
Adolescents, quatre orphelins ont passé un pacte pour devenir frères et sœurs de sang, sans savoir qu’un lien plus puissant les a toujours unis. Quinze ans plus tard, les voici brusquement aux prises avec une mystérieuse créature venue du fond des âges, un démon déterminé à les exterminer. Pour ces quatre amis qui ignorent tout du sinistre secret de leurs origines, débute alors une course effrénée pour échapper à une malédiction vieille de plusieurs siècles.
Mais cette lutte insensée engagée bien avant leur naissance prendra-t-elle fin avec eux ?
 
Contrairement à mon premier roman qui était un peu court, celui-ci fait à peu près 360 pages.

Imagineria : Quand sera-t-il disponible à l'achat ?
Frédéric Czilinder :  Courant janvier si tout va bien.

Imagineria : Merci pour toutes ces réponses.

-----------------------------------------

Pour aller plus loin :

* Les billets de ce blog parlant de :

       - L'édition à compte d'éditeur

       - L'édition à compte d'auteur

       - L'édition sur des sites internet


* Le roman de Frédéric Czilinder : Nouveau Venu dans le Quartier

- page 1 de 7