Parfois, vous commencez avec une bonne ambiance pour votre histoire - c'est peut-être un monde post-apocalyptique avec la technologie en décomposition partout et des vampires qui règnent sur le monde.

Et puis, peut-être sur un défi ou par commodité parce que vous vouliez une intrigue particulière ... vous décidez que les niveaux élevés d'UV dans votre monde obligent les vampires à porter des couleurs claires pour ne pas se laisser détruire.

Alors vous vous retrouvez avec votre monde sombre, post-apocalyptique, cauchemardesque, avec des vampires qui se promènent partout .... dans des tons pastels.

Ouais. Il s'agit d'un excellent exemple d'une ambiance soigneusement planifiée qui a été ruinée par un choix d'auteur qui ne s'intègre pas.

Des ambiances discordantes se produisent tout le temps dans la fiction, la fiction spéculative en particulier. Ils se produisent dans les films et - combien de fois êtes-vous sorti d'une salle en vous demandant si le metteur en scène avait essayé de faire une comédie ou un film sérieux de science-fiction ?  C'est un problème de ne pas rester dans un genre, mais c'est aussi un problème de ne pas identifier l'ambiance l'œuvre et de ne pas pouvoir s'y tenir.

Parfois, une ambiance décalée s'adapte vraiment bien, et une ambiance décalée dans une histoire secondaire peut souvent accentuer l'intrigue principale (comme des personnages secondaires comiques peuvent alléger une histoire tragique). Et une bonne écriture peut toujours sauver des dissonances, même dans le cas de vampires vêtus de pastel. Cependant, nous nous concentrerons sur les principaux éléments de votre roman, qui doivent se correspondre le plus possible.

--------------------------------------

L'exercice du jour :

Reprenez la liste des adjectifs que vous avez écrits pour installer l'ambiance de votre roman. Vous avez utilisé cette liste pour déterminer les conditions climatiques, et un peu pour affiner vos noms.

Lisez-les à voix haute. Ensuite, prenez vos notes sur votre élément spéculatif. Lisez vos règles à haute voix. Essayez de décrire comment votre élément spéculatif fonctionne dans votre roman. Comment vous sentez-vous quand vous le décrivez ? Voulez-vous rire ? Sauf si vous avez écrit une comédie, c'est probablement une erreur de forme. Êtes-vous déprimé ? Si vous visez sombre et gothique, c'est du bon travail !

Regardez aussi comment vous avez décidé de nommer votre élément spéculatif. Que vous l'appeliez "la Force", "mana", "moteur à distorsion", "cybernétique" ou "lychan", la façon de nommer votre élément spéculatif a un impact sur la vision qu'en aura votre lecteur. Dites le nom à haute voix et décidez si vous vous sentez comme vous voulez vous sentir quand vous lirez votre roman.

Certains noms et des concepts spéculatifs seront assez neutres et peuvent n'avoir aucune incidence sur l'ambiance de votre roman. "Magie" est suffisamment générique pour exiger une description plus détaillée si vos personnages la rencontrent ou l'utilisent dans votre roman. 


Si nécessaire, renommez et retravaillez vos éléments spéculatifs et  leurs règles.

--------------------------------------

Exemples

Voici trois exemples, un de chaque genre avec un élément spéculatif se prêtant à l'ambiance.

Premier exemple: Science Fiction

J'ai regardé Alien: Resurrection ce week-end et j'ai trouvé que c'était un bon film de science-fiction. Pas tellement un film d'horreur, ce qu'était les deux premiers, mais un bon film de science-fiction. Il y avait de nombreux moments où des détails ont été expliqués - des éléments de la biologie de l'Alien ou de la biologie de Ripley ont été expliqués scientifiquement (ou pseudo-scientifiquement si vous n'êtes pas disposés à croire que Ripley et la reine alien ont pu être clonés) . L'élément spéculatif, c'est que Ripley et la reine alien pouvaient être clonées, mais que le clonage devait conduire à un ADN mixte - un peu de Ripley serait à l'intérieur de la reine, et vice versa. Ce principe de mélanger l'humain et le monstre lui-même a été répété à plusieurs reprises, de sorte que l'ambiance de ce film était sombre et angoissant. Tout est basé sur les conflits internes, la conciliation de soi et de l'autre, et les moments de réconciliation sont presque érotiques dans leur présentation. Souvent, les scènes mettent en avant ce conflit, en particulier la scène la plus mémorable, salle 1-7, quand Ripley affronte les clones ratés, des combinaisons tordues d'elle-même et de la reine, qui sont hideux et inquiétants, mais qui sont également dignes de compassion.

Deuxième exemple: Fantasy

Les livres et les livres de Harry Potter sont d'excellents exemples d'un élément spéculatif se prêtant à l'ambiance. La magie de ces livres est presque entièrement connue. Vous apprenez des sorts que d'autres sorciers connaissent déjà. Les créatures magiques ont des pouvoirs spéciaux - mais ces pouvoirs sont connues et reconnaissables. Il y a peu de vrais mystères sur la façon dont fonctionne la magie dans ce monde, du moins pour les praticiens expérimentés. Dumbledore ne dit jamais «je ne sais pas comment faire ça, Harry". De même, les problèmes auquels Harry doit faire face sont connus et reconnaissables - Voldemort est un ennemi connu, que Harry doit affronter dans tous les livres. Les tyrans sont connus à l'école - Ron ne trahira jamais Harry. Se diriger au milieu des règles compliquées de Poudlard est un conflit secondaire dans les livres, et qui met également en évidence le thème principal qui est d'apprendre à agir dans les règles (et parfois à l'extérieur de celles-ci) afin de réussir contre ceux qui les violent. Incidemment, Harry Potter est aussi un bon exemple de contre pied - la plupart des objets magiques et des sorts ont des noms comiques, et les intrigues secondaires qui les impliquent servent à alléger le scénario global pour les enfants.

Troisième exemple: Horreur

Les bons films d'horreur devraient nous faire dresser les cheveux sur la tête. Un de mes favoris est le Projet Blair Witch. Non seulement parce que c'était un tournage révolutionnaire, mais parce qu'il crée une ambiance parfaite. A aucun moment le public ne sait ce qui se passe réellement - pas plus que les personnages. La force qu'ils combattent est puissante, inconnue, énigmatique - l'ambiance est la terreur de l'inconnu. On ne voit jamais la sorcière - en fait, l'impression visuelle la plus puissante est à la toute fin du film, et sert d'unique explication de qu'il se passe. Beaucoup de gens quittent ce film en disant «Je ne comprends pas», parce que les indices sont très petits, et en rater seulement un vous empêche d'avoir l'explication complète (totalement non verbale) manque même un seul moyen que vous manquez l'explication (entièrement non-verbale). Dans les films d'horreur où les protagonistes gagnent, l'explication doit venir avant le point culminant, mais l'ambiance se modifie à ce moment et cesse d'être vraiment horrifique. Une histoire d'horreur qui n'explique jamais complètement son élément spéculatif  maintient son ambiance par le simple fait de ne jamais laisser le lecteur savoir ce qui se passe.

--------------------------------------

30 Days of Worldbuilding (Stephanie Bryant) / CC BY-NC 3.0

--------------------------------------

Livres conseillés pour apprendre à écrire des romans de fantasy