J'avais d'abord prévu de faire un exercice "Et si ?" à propos de la société de votre roman, mais il y a tellement de choses qu'on peut faire avec cette question, qu'il me semble qu'il n'y a pas de meilleure façon de commencer la construction de votre "élément spéculatif"  que de vous demander "Et si" ?

Qu'est-ce que je veux dire par "élément spéculatif" ? Dans un roman de fantasy, c'est la magie, ou les dieux, ou l'Anneau Unique. Dans la science-fiction, c'est l'hyperdrive, l'ansible, ou la quasi-vitesse de la lumière, ou l'implant bionique. Dans l'horreur, ce sont les fantômes, les cauchemars devenus réalité, la sorcière de Blair Witch. Essentiellement, l'élément spéculatif est une règle ou une hypothèse qui n'est pas réelle dans le monde d'aujourd'hui.

Et «spéculatif» signifie à peu près "et si ?", n'est-ce pas ?

--------------------------------------

L'exercice du jour

Si vous ne savez pas encore si vous écrivez la science-fiction, du fantastique, de la pure fantasy  ou de l'horreur, il serait temps de vous décider (vous pouvez toujours opter pour un mélange de tout, et faire cet exercice pour chaque genre, histoire de vous entrainer). Après tous les exercices précédents, il y a tout de même de grandes chances que vous ayez une idée du genre que voulez travailler. Vous pourriez même avoir des idées précises avec lesquelles vous amuser - une pieuvre qui parle, par exemple, ou un chat qui se téléporte.

Notez les extraits et images que vous savez déjà vouloir mettre dans votre roman. Certains d'entre eux pourraient être des choses que vous avez déjà identifiées en tant que produits de consommation courante - Un véhicule plus rapide que la lumière, peut-être, ou la télépathie ; des choses que vous voulez avoir pour vous aider à construire l'intrigue et éliminer certains inconvénients, comme le ferait un conteur.  N'oubliez pas que ces éléments de confort sont toujours disponibles (c'est invraisemblable que le véhicule plus rapide que la lumière tombe en panne juste au moment où le héros en a besoin), et ces objets devraient aussi être disponibles pour le méchant, pour que tout le monde soit à peu près au même niveau.

Ensuite, posez-vous les questions difficiles. "Que faire si ?" Que faire si dans ma société les gens pouvaient parler les uns aux autres instantanément ? Qu'est ce que cela leur ferait faire ? Quel serait l'impact sur mon histoire ? Et s'ils pouvaient se rendre invisibles ? Est-ce qu'ils auraient besoin de magie, de technologie ou des deux ?

L'année dernière, je savais que je voulais des extra-terrestres et un implant de réseau (comme avoir l'Internet dans votre tête). En jouant avec mon "Et si ?", j'ai réalisé que l'implant réseau ne changerait pas uniquement les grandes choses (comme la façon dont pourrait se comporter un dangereux un pirate), mais il changerait aussi de toutes petites choses (très peu de gens transporteraient des mallettes ou des téléphones cellulaires, et on saurait toujours où on se trouve, on ne pourrait jamais se perdre).

Travaillez les grands impacts et zoomez sur les détails. décidez de ce qu'ils se passerait si vos éléments étaient utilisés d'une certaine façon plutôt que d'une autre. Il y a des chances que vous découvriez que certains "éléments spéculatifs" vont vous permettre de soutenir ou de limiter les pouvoirs de vos héros, en fonction de vos besoins.

Soit dit en passant, je trouve personnellement que de parler de mon histoire avec quelqu'un d'autre m'aide à trouver les trous dans mon "élément spéculatif". Depuis la semaine dernière, mon mari et moi avons joué à "Et si" avec mes dinosaures, afin de déterminer ce qui doit changer dans leur physiologie pour les rendre capables de coopérer les uns avec les autres au sein d'une société, et ça m'a permis de découvrir qu'avoir douze espèces intelligentes différentes crée une société particulièrement complexe. 

30 Days of Worldbuilding (Stephanie Bryant) / CC BY-NC 3.0

--------------------------------------

Livres conseillés pour apprendre à écrire des romans de fantasy