Pour cette première interview d'éditeurs, nous avons eu la chance de pouvoir dialoguer avec Aurélia Rojon, des Éditions Mille Saisons. Spécialisée dans les romans fantastique et fantasy, cette jeune maison d'édition offre des perspectives intéressantes pour les auteurs francophone encore inconnus.

---------------------------------------------------------------------------------

Imagineria : Pour commencer, je souhaitais vous poser une question de pure curiosité. Qu'est ce qui vous a pris de vous lancer dans ce métier particulièrement difficile et concurrentiel ?
Aurélia Rojon : En 2e année d'école de commerce, on avait un projet à faire; On s'est dit qu'on pourrait essayer une maison d'édition pour de faux. Mais lorsque l'on a reçu le tapuscrit du Temps de l'Accomplissement on a tout de suite flashé et on a décidé de le publier pour de vrai. Ensuite on a vu que ça se passait bien, que les lecteurs aimaient et lorsque le roman a reçu le prix Merlin 2006, on était totalement convaincu qu'on voulait continuer.

Imagineria : Pour le moment, vous avez publié quatre romans. Pour nous rendre compte de concurrence à laquelle les auteurs de manuscrits doivent faire face, pouvez-vous nous dire combien de manuscrits vous recevez par mois, en gros ?
Aurélia Rojon : On doit en recevoir une vingtaine par mois.

Imagineria : Beaucoup de jeunes auteurs écrivant de la fantasy ou du fantastique rêvent d'être édités par Mille Saisons. Que recherchez-vous ? Comment faire la différence au milieu de dizaines de manuscrits ?
Aurélia Rojon : On attend que les romans soient creusés : que nous n'ayons pas l'impression que l'intrigue ait déjà été lue dix fois. On fonctionne au coup de cœur. C'est difficile de traduire cela. On recherche le petit plus qui remportera notre adhésion : pour le Sablier de Mû c'est le style, pour les Perles d'Allaya le rebondissement vraiment étonnant et les combats qui sont excellents et pour la Fortune de L'Orbiviate c'est l'univers tellement riche et fouillé.
Mais pour tous l'intrigue était originale, le style maîtrisé et les personnages fouillés.

Imagineria : Et que faut-il absolument éviter ?
Aurélia Rojon : Croire qu'un éditeur est une bonne copine qui laissera passer les fautes d'orthographe ou d'envoyer son manuscrit sans y croire; En général dans ce cas là le roman est bourré de fautes. On a eu aussi des romans remplis de private joke...

Imagineria : Sur les forums d'écriture, beaucoup de gens conseillent aux jeunes auteurs de commencer à écrire des nouvelles, pour se faire connaître et avoir plus de chance de faire publier son roman. Un auteur de nouvelles reconnu a-t-il plus de chances d'attirer votre attention lorsqu'il vous présente son manuscrit ?

Aurélia Rojon : Aucune. Sauf s'il a publié chez nous évidemment. Il va de soi que si on a déjà travaillé avec l'auteur dans le cadre d'une nouvelle, lorsque l'on verra son nom, on regardera plus vite. Ça ne veut absolument pas dire qu'on sera moins exigeant mais on sera plus attentif et plus rapide. Par contre s'il a déjà publié des nouvelles chez un confrère, il y a peu de chance qu'on le remarque (à moins bien sûr d'avoir lu la nouvelle et d'avoir été particulièrement marqué par cette dernière).

Imagineria : Avant d'envoyer un manuscrit chez un éditeur, quel qu'il soit, conseillez-vous de prendre des mesures pour éviter le plagiat ou cela n'est-il pas nécessaire ?
Aurélia Rojon : Cela me paraît inutile; Si le roman est bon, je ne vois pas pourquoi un éditeur demanderait à quelqu'un de réécrire un roman déjà écrit. Après il y a toujours l'infime possibilité que le premier lecteur flash et le passe en son nom mais ça me semble complètement fantaisiste. Après si envoyer une enveloppe scellée à son domicile tranquillise, ça ne coute pas grand chose.

Imagineria : Y-a-il une période de l'année plus propice pour envoyer son manuscrit, ou des périodes à éviter ?
Aurélia Rojon : On en reçoit beaucoup pendant les fêtes ou les vacances, ce qui est loin d'être la meilleure période pour nous puisque notre comité de lecture prend aussi des vacances...

Imagineria :Acceptez-vous les romans en plusieurs tomes ? Si oui, faut-ils qu'ils soient déjà tous écrits avant de vous envoyer les manuscrits ?
Aurélia Rojon : On accepte en effet les romans en trois tomes mais on demande à ce que le 2e tome soit écrit et que le scénario du 3e soit bouclé.

Imagineria : Est ce qu'il y a un âge minimal en dessous duquel vous refusez de travailler avec un auteur ? Un jeune auteur de 16 ans, par exemple, peut-il avoir sa chance ?
Aurélia Rojon : Le cas ne s'est encore jamais présenté. On ne sélectionne pas sur l'âge mais en général les écrits des auteurs de 16 ans ne sont pas encore aboutis.
Notre plus jeune auteur a 20 ans, il s'agit de Samantha Bailly auteur d'Au-delà de l'Oraison à paraitre début 2009.

Imagineria : Votre guide de soumission est particulièrement clair, cependant je souhaitais entrer dans le détail pour ce qui concerne le synopsis. Pourriez-vous nous dire ce que vous attendez exactement de ce document ? Faut-il qu'il soit aussi synthétique que possible ou très détaillé ?
Aurélia Rojon : La seule chose que je puis dire c'est qu'il doit donner envie au lecteur de commencer le roman. Il faut qu'il soit synthétique tout en résumant le roman entièrement. Lorsque le roman comporte plusieurs tomes on attend que le synopsis résume également les tomes à venir (environ 1 page par tome)

Imagineria : Un synopsis inintéressant peut-il causer l'élimination automatique d'un roman sans même que le manuscrit ne soit lu ?
Aurélia Rojon : Non mais le lecteur partira avec un avis défavorable...

Imagineria : Sur votre site, vous vous engagez à répondre au bout de cinq mois aux auteurs qui vous envoient leurs manuscrits. Ce délai est-il toujours d'actualité, maintenant que Mille Saisons est une maison d'édition reconnue et que des tonnes de manuscrits doivent s'entasser sur vos bureaux ?
Aurélia Rojon : Des tonnes... Peut être pas. Pour le délai de 5 mois on fait au mieux mais c'est vrai que certains attendent plus longtemps. Je dirais que le délai est plus de 6 mois actuellement.

Imagineria : Garantissez-vous de toujours répondre aux auteurs qui envoient des manuscrits, même si la réponse est négative ? Prenez-vous le temps d'argumenter les refus pour que l'auteur puisse s'améliorer ?
Aurélia Rojon : On répond toujours. Par contre il y a encore un an on renvoyait des refus très argumentés désormais on se contente de souligner quelques points (2 ou 3) qui nous paraissent les plus à travailler.

Imagineria : A défaut de recevoir une réponse, faut-il vous relancer ou non ?
Aurélia Rojon : Si au bout de 6 mois, l'auteur n'a aucune réponse, il est préférable de nous relancer. En effet les bugs informatiques existent...

Imagineria : Sur votre site, on peut lire que six personnes font parti de votre comité de lecture. Comment les avez-vous choisies ?
Aurélia Rojon : Déjà elles étaient volontaires. Il faut savoir que c'est assez pénible d'être lecteur (encore plus lecteur bénévole). On leur demande d'avoir lu des romans de Mille Saisons et de nous faire une fiche sur eux avec les points positifs et négatifs. Si on partage la même vision, on accepte le lecteur à l'essai.
On demande à nos lecteurs de lire environ 5 romans par mois (sachant qu'en général ils n'en lisent que 10%). Si ce rythme est respecté et que les fiches sont compréhensibles et détaillées, on continue à travailler avec eux.

Imagineria : Acceptez-vous des candidatures extérieures pour y entrer ?
Aurélia Rojon : Oui tout lecteur amateur de fantasy/fantastique peut y entrer.

Imagineria : Pour ceux qui doutent de votre capacité à faire la promotion des romans que vous avez décidé de publier, pouvez-vous nous détailler les moyens que vous avez à votre disposition pour assurer une large diffusion ?
Aurélia Rojon : Vaste question. On donne beaucoup de service de presse que ce soit aux magazines ou aux libraires, on fait des salons, on visite les librairies ; on est référencé à la fnac, sur amazon. On est diffusé en Belgique. On fait des concours afin d'étendre la renommée de Mille Saisons.

Imagineria : A moyen terme, vous êtes-vous fixé un objectif de nombre de romans publiés ? Quel est-il ?
Aurélia Rojon : L'année prochaine on publiera 6 livres dont 5 romans. On va déjà continuer sur cette lancée et voir comment ça se passe. Disons qu'à moyen terme on publiera un roman par mois.

Imagineria : Allez-vous continuer à promouvoir des auteurs français inconnus ou comptez-vous, à l'avenir, traduire de plus en plus de romans anglo-saxons comme le font les éditions Bragelonne ?
Aurélia Rojon : Des traductions anglo-saxonnes ne sont pas à l'ordre du jour.

Imagineria :Je vous remercie d'avoir pris le temps de répondre à toutes ces questions.
Aurélia Rojon : De rien. j'espère avoir répondu de façon compréhensible. :wink: